L’Expression – La langue amazighe dans les institutions : de l’école à la justice…

«Nous allons procéder à la mise en œuvre à partir du premier semestre de 2017 d’un important programme de formation dans le secteur de la justice.» La langue amazighe dans les Palais de justice ! C’est la proposition du Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA), qui sera adressée prochainement au ministère de la Justice pour l’introduction de cette langue nationale et officielle dans le système de formation de divers établissements relevant du secteur. Le secrétaire général du HCA, Si El Hachemi Assad, juge qu’il est, aujourd’hui, nécessaire de former les cadres du secteur de la justice dans la langue amazighe, non seulement pour la concrétisation de sa promotion sur le terrain, mais aussi pour la préservation des droits d’une catégorie de la société qui n’a pas accès à d’autres langues que la langue maternelle. «Une proposition sera adressée au ministère de la Justice afin d’inscrire l’intégration, dans un avenir proche, de la langue amazighe dans le système de formation au profit des divers établissements relevant du secteur. Il s’agit de l’Ecole supérieure de la justice, l’Ecole nationale des personnels des greffes, ainsi que de l’Ecole nationale des fonctionnaires des administrations pénitentiaires», a-t-il déclaré lors d’un forum d’information et de formation en tamazight en direction des personnels du secteur de la justice. Pour le Haut Commissariat à l’Amazighité, l’introduction de cette langue dans le secteur de la justice, dont le personnel est en contact direct avec la société, a pour but la création des conditions objectives pour le renforcement des prestations par l’utilisation des deux langues, à savoir l’arabe et le tamazight au sein des institutions de la justice, garante par nature des droits de l’homme. «Nous allons procéder à la mise en œuvre à partir du premier semestre de 2017 d’un important programme de formation dans le secteur de la justice sous formes d’ateliers encadrés par des universitaires et des spécialistes en linguistique et en technologies de l’information», a-t-il annoncé. Selon ce dernier, d’énormes efforts ont été consentis ces derniers temps pour la promotion de cette langue, partie intégrante du patrimoine du pays, pour son introduction dans les autres secteurs d’activités. Pour rappel, le HCA œuvre en partenariat avec plusieurs secteurs à la mise en œuvre de programmes d’information et de formation au profit des personnels des administrations publiques, à l’instar des assurances sociales, de la presse et des collectivités locales. Enfin, le secrétaire général du HCA a indiqué que «le lauréat du concours organisé pour le choix de l’artisan qui aura la charge de concevoir une statue représentant le roi berbère Massinissa et pour laquelle une enveloppe estimée à 2 milliards de dinars a été dégagée, sera connu le 29 novembre». La statue en hommage au roi amazigh sera érigée au niveau de la commune d’Alger-Centre, plus précisément à Tafourah, conclut Si El Hachemi Assad.

Abdellah Bourim

L’Expression du samedi 26 novembre 2016