La Tribune – HCA : c’est une question de sécurité identitaire

«Ce colloque est source d’inspiration pour les jeunes générations car il réhabilite une figure illustre de l’histoire antique de l’Algérie, son courage sa résistance ses guerres, son combat et ses luttes contre Rome et ses légions pour préserver la souveraineté de son pays, cette Algérie qui a de tous temps été l’objet de convoitises. C’est aussi une question de sécurité identitaire, on retrouve à travers cette auguste personnalité, cette fierté de l’Algérien, son attachement à sa patrie et son refus de se soumettre et d’abdiquer.» C’est ainsi qu’a résumé, hier, le Secrétaire Général du Haut Commissariat à l’Amazigité, Si El Hachemi Assad, le colloque international consacré au roi numide sous le thème «Jugurtha affronte Rome» qui se tiendra du 20 au 22 août prochain à Annaba. Selon M. Assad qui s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue au siège de la wilaya, la date et le lieu choisis ne sont pas fortuits car eux mêmes tirés de l’Histoire, Annaba avait connu des événements qui se déroulaient à l’époque où elle faisait partie de la Numidie, et la date coïncide avec la Révolution algérienne et le Congrès de la Soummam pierre angulaire de cette glorieuse Révolution à l’origine du recouvrement de l’indépendance qui n’est qu’un prolongement du combat de Jugurtha, ses descendants n’ont pas, de ce point de vue, failli à ses principes. Le colloque réunira des chercheurs, des spécialistes, des historiens de renom et des étudiants qui se pencheront sur ce pan important de l’histoire d’Algérie. Un appel à communication a été diffusé et l’on se prépare activement pour cette date pour en faire un grand événement. En marge de cette rencontre, des manifestations culturelles seront organisées et toucheront un large public par la qualité des activités programmées, mais aussi par les animations qui les accompagneront. Ainsi des ateliers d’apprentissage de la langue amazighe se tiendront, des projections de films ayant trait à l’histoire seront faites et des expositions de livres auront lieu dans des espaces proches pour que tout le monde puisse en profiter. Abordant la question de la constitutionnalisation de la langue amazighe, Si El Hachemi dira que dans un avenir proche l’enseignement de cette langue touchera 32 wilayas, en attendant sa généralisation graduelle. «La langue amazighe appartient à tous les Algériens sans exclusive et donc il s’agit pour notre institution de généraliser son apprentissage à tous les niveaux, nous préférerions que l’on commence à l’école primaire, nous avons aujourd’hui une académie Amazighe avec un encadrement compétent et hautement qualifié», conclut le conférencier.

Mohame Rahmani

La Tribune du dimanche 22 mai 2016