HCA – Ouverture officielle du Colloque international sur Mouloud Mammeri

Le Colloque international «L’Amusnaw, le sourcier des convergences civilisationnelles universelles» s’est ouvert aujourd’hui 3 novembre 2017 à 10h00 à la salle «Dar El Djazair» au niveau de la SAFEX, en présence du Ministre de la culture M. Azeddine Mihoubi, du Secrétaire Général du Haut Commissariat à l’Amazighité M. Si El Hachemi Assad et du représentant du commissaire du SILA, devant une assistance nombreuse composée essentiellement des communicants et du grand public venu découvrir cet immense homme de culture qu’est Mouloud Mammeri. Après la présentation du Colloque par les membres du comité scientifique, le sociologue, spécialiste de la littérature amazighe Youssef Nacib et l’universitaire, chercheure en histoire et anthropologie Malha Benbrahim-Benhamadouche, la première séance de la matinée intitulée «Parcours à travers une histoire et une identité» a débuté sous la présidence du Professeure Zohra Hadj-Aissa en présence du Chargé de cours Guy Basset, du Professeure émérite Zineb Ali-Benali et du Professeur émérite Mohamed Hassine Fantar.

Un colloque international sur la vie et l’œuvre de l’écrivain, anthropologue et linguiste algérien, Mouloud Mammeri s’est ouvert vendredi à Alger avec la participation de plus de 30 académiciens et chercheurs algériens et étrangers.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par la présence du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, du conseiller du président de la République, Saad Eddine Nouiouat, du représentant du secrétaire général de la présidence de la République, Mohamed Salah Hamrit, du secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad, et de représentants d’institutions officielles. Dans son allocution, le ministre de la Culture a indiqué que Mouloud Mammeri «longtemps oublié, revient aujourd’hui comme une grande figure intellectuelle», ajoutant que la célébration du centenaire de sa naissance se voulait aussi une célébration de ses œuvres que redécouvrent les étudiants, les chercheurs et les promoteurs de l’identité et de la culture amazighes». Rappelant la mesure historique introduite par la Constitution du 7 février 2016 et consacrant Tamazight langue nationale et officielle, M. Mihoubi a rappelé que cette décision «impose aux chercheurs et experts de déployer davantage d’efforts pour en faire un véritable support dans la vie culturelle et médiatique en Algérie», d’autant que la Constitution, a-t-il ajouté, a prévu «la création d’une académie chargée du développement de la langue amazighe ». Après avoir souligné «la volonté manifeste de l’Etat dans ce domaine», le ministre a relevé que «le travail accompli par le HCA en coordination avec des secteurs ministériels pour promouvoir la langue amazighe, témoigne d’une véritable intégration de cette langue dans la vie publique». Il a affirmé que son secteur «déploie d’importants efforts pour la promotion de la langue amazighe comme culture», à travers son soutien aux différentes formes d’expression culturelle à l’image du théâtre, du cinéma, et de la traduction, annonçant l’inauguration en «février 2018» à Tizi-Ouzou d’un musée dédié à l’œuvre de Mouloud Mammeri. Organisée par le HCA sous le slogan «Amusnaw» (l’érudit), Le sourcier des convergences civilisationnelles universelles», ce colloque se veut «un hommage» à cette personnalité «hors pair» et une occasion pour «promouvoir» et «valoriser» son legs. Ecrivain, anthropologue et linguiste, Mouloud Mammeri (1917-1989), a laissé un précieux legs pour la promotion de la culture et de la langue amazighes, à travers ses œuvres littéraires et ses recherches et études anthropologiques et linguistiques méconnues par les jeunes.

APS, vendredi, 03 novembre 2017

Posted In: