El Watan – 80 artistes au Festival de la poésie amazighe d’Ait Zikki (Tizi Ouzou)

Les lauréats de cette édition prendront part au Festival national de la poésie amazighe organisé par le HCA en  octobre prochain à  Illizi, dans le cadre des activités du centenaire de Mouloud Mammeri.

La commune d’Ait Zikki, dans la daïra de Bouzguène, à 65 kilomètres à l’est de Tizi Ouzou,  abrite la 4e édition du Festival de la poésie  amazighe  Smail Azikiw,  dont le coup de starter a été donné hier au niveau de l’école primaire Ouali Allam du village Taourirt Bouar. La cérémonie d’ouverture de cette manifestation, organisée par l’association Smail Azikiw et le comité de village,  a été rehaussée par la présence de personnalités du monde culturel et des autorités locales ainsi que du secrétaire général du Haut-Commissariat à l’amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad.

Ainsi, selon Djillali Hadouche, président du comité d’organisation, plus de 80 artistes prennent part à cette activité, dont 60 poètes seront en lice pour tenter de décrocher les premières places de cette édition qui se veut, nous a-t-il précisé, une occasion pour permettre aux artistes d’échanger des idées. «Ce festival permettra aussi à notre région de sortir de l’anonymat et de sa torpeur quotidienne», nous a-t-il indiqué,  ajoutant que le jury de  cette compétition sera composé d’artistes connus dans le domaine de la poésie, dont on peut citer, entre autres, Mourad Rahmane et Nordine Naït Slimane, deux poètes déjà primés dans des concours de poésie.

Les participants sont  venus de différentes wilayas du pays,  dont Alger, Béjaïa, Bouira, Sétif et Bordj Bou Arréridj ainsi que Tipasa. Une grande exposition d’objets traditionnels, de poterie, de robes kabyles et de livres a été également mise en place à  l’école primaire Ouali Allam, où des chorales,  desprésentations  théâtrales et la musique sont au programme de ce rendez-vous.  Des conférences sont aussi au menu de cette manifestation.

Il s’agit  de celle animée par Younes Adli, universitaire,  sous le thème «La civilisation rurale au XIXe siècle : le cas de la Kabylie». Abdenour Abdeslam, auteur de livres en tamazight, interviendra pour développer une thématique ayant trait à la poésie kabyle du XVe siècle à nos jours. Le festival sera clôturé, ce soir, par un gala artistique avec la chanteuse Malika Domrane. Notons aussi que la cérémonie d’ouverture de la manifestation est animée par les déclamations de poésie assurées par les lauréats de l’édition précédentes, en l’occurrence  Mohamed Meznad de Béjaïa, Rabah Kaddour de Maâtkas et Lynda Bousseksou de Sétif qui ont décroché, en 2016, respectivement la première, la deuxième et la troisième places du concours.

Par ailleurs, Si El Hachemi Assad, secrétaire général du HCA, a déclaré, en marge de l’ouverture du festival, que les lauréats de l’édition 2017 prendront part au Festival national de la poésie amazighe qui aura lieu en octobre prochain à  Illizi, dans le cadre des activités du centenaire de l’écrivain et anthropologue Mouloud Mammeri.  Par ailleurs, la daïra de Bouzguène vit, ce week-end, au rythme de plusieurs activités culturelles qui  créent une belle animation estivale dans la région.

Le village Ihamziène, dans la commune d’Illoula Oumalou, abrite, depuis hier,  la 8e édition du Festival de la robe kabyle.  Dans la même commune, les habitants d’Aït Ali Oumhend organisent aussi aujourd’hui une journée d’information et de sensibilisation sur le développement durable. Ainsi, à l’occasion, une exposition et des conférences sur le thème en question sont au programme de cette rencontre.

Arezki Chennane, docteur en économie et enseignant à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, interviendra pour donner une communication sur le thème «Entrepreneuriat et développement durable. Exemple de la valorisation des déchets en Algérie».

Hafid Azzouzi