Colloque « L’apport de Pierre Bourdieu à la connaissance des sociétés amazighes »

Le HCA lance un appel à communication pour le compte du Colloque « L’apport de Pierre Bourdieu à la connaissance des sociétés amazighes ». L’événement se déroulera au CRASC d’Or la Faculté des Sciences Sociales (UMMTO) et du CRASC d’Oran.
Présentation
Pierre Bourdieu, cet intellectuel engagé en faveur des dominés, celui qui a érigé de nouvelles règles de la sociologie au cours du 20e siècle, aura sans doute marqué son temps par une nouvelle approche née d’une relation exceptionnelle avec l’Algérie.

Sa rencontre avec la Kabylie en particulier dans les années soixante, qu’il considère lui-même comme un « chemin initiatique », l’a propulsé, après maintes réticences, au devant de la socio-anthropologie, allant jusqu’à remettre en cause le modèle structuraliste de Levi-Strauss.

Auteur d’une œuvre considérable, comportant plus d’une quarantaine d’ouvrages et plusieurs centaines d’articles, dont une bonne partie est consacrée à l’Algérie, son objet d’étude par excellence, Pierre Bourdieu est resté toute sa vie attaché à ce pays. Il entretenait des liens privilégiés avec des chercheurs et intellectuels algériens tel que Mouloud Mammeri, Abdelmalek Sayad et autres.

Il est significatif que le premier ouvrage publié par Bourdieu ait été consacré à l’Algérie. Le jeune agrégé de philosophie avait découvert ce pays en 1955, en venant y faire son service militaire. Deux ans plus tard, nommé assistant à l’université d’Alger, il entreprenait ses premières recherches avec, en prélude, la publication d’un bilan critique du savoir officiel et savant (Sociologie de l’Algérie, PUF, 1958), par lequel il affirmait d’emblée l’originalité de sa démarche. Au cours des années qui suivirent, celle-ci le conduisit, à travers un ensemble d’enquêtes sur le terrain dans le contexte de la guerre qui faisait rage, à élaborer quelques-unes des idées maîtresses qui devaient structurer à la fois sa vision du social et sa conception de la sociologie.

Le sociologue se souvient qu’à l’époque où il réalise ses premières enquêtes dans un pays en guerre, après cent trente ans de colonisation dont il met en lumière les violences tant sociale que symbolique, « tout ce qui se rapportait à l’étude de l’Afrique du Nord était dominé par une tradition d’orientalisme. La science sociale était alors hiérarchisée, la sociologie proprement dite étant réservée à l’étude des peuples européens et américains, l’ethnologie aux peuples dits primitifs, et l’orientalisme aux peuples de langues et religions universelles non européens ». « Mon choix d’étudier la société algérienne est né, précisera-t-il, d’une impulsion civique plus que politique. Je pense en effet que les Français à l’époque, qu’ils soient pour ou contre l’indépendance de l’Algérie, avaient pour point commun de très mal connaître ce pays, […]. Il était donc très important de fournir les éléments d’un jugement, d’une compréhension adéquate, non seulement aux Français de l’époque, mais aussi aux Algériens instruits qui pour des raisons historiques ignoraient souvent leur propre société. »

Malgré sa modestie qui le pousse à dire : « Pour avoir mené au tournant des années 60 des recherches en Algérie, et plus particulièrement sur la société kabyle, je n’ai pas pour autant le droit de prétendre que je connais la réalité sociologique de l’Algérie », Pierre Bourdieu reste encore ce témoin de l’évolution d’une société et les théories et les concepts qu’il a forgé à partir de cette longue expérience ont contribué fortement à la connaissance de la société amazighe.

Le présent colloque, qui rentre dans le cadre du plan de charge du Haut Commissariat à l’Amazighité de l’année 2011, sera dédié à l’œuvre de Bourdieu et son apport à la connaissance des sociétés amazighes à travers les travaux réalisés en Kabylie au début des années 60, dans une période caractérisée par une véritable chirurgie sociale opérée par la France coloniale. Il permettra, nous l’espérons, de revenir sur quelques uns de ses travaux et d’appréhender l’ampleur de cet apport à l’étude et à l’analyse des sociétés amazighes. Nous le voulons un espace d’échanges et de débat pour éclaircir et diffuser certains aspects de l’œuvre de Pierre Bourdieu.

C’est à cet effet que nous lançons cet appel à participation pour tout chercheur intéressé par la thématique du colloque à envoyer, par fax ou par mail, l’intitulé de la communication ainsi qu’un résumé de 1000 à 1500 mots, avant le 20 août 2011, délai de rigueur.

Fax
021 63 59 06
Mails
adlisamazigh@yahoo.fr
hachemiassad@yahoo.fr
abdenourhadjsaid@yahoo.fr

NB : La confirmation de la participation ne se fera qu’après acceptation du projet de communication par le comité scientifique.

Objectifs du Colloque

– Mesurer l’apport de Pierre Bourdieu à la connaissance des sociétés amazighes ;
– Esquisser un bilan provisoire des travaux de Bourdieu traitant de l’Algérie et de l’Afrique du Nord en général ;
– Evaluer l’impact des ces travaux sur ceux des sociologues ayant pris comme objet d’étude les sociétés amazighes.

Comité scientifique

– Brahim Salhi
– Mustapha Haddab
– Tassadit Yacine
– Mohand Akli Hadibi
– Azeddine Kinzi