Colloque international : Médias, communication, langues et langages en Algérie… où en est tamazight ?

Lieu : Azazga (Tizi Ouzou)
Date : 7 et 8 juin 2014

Coordonnateur scientifique du colloque :
Belkacem MOSTFAOUI, Professeur à l’école Nationale Supérieure de Journalisme et des Sciences de l’information, Alger.
bmostefaoui@hotmail.com

Dernier délai d’envoi de la proposition de communication : 30 avril 2014

[divider]

Argumentaire :

A plus d’un demi-siècle de l’indépendance nationale, la société algérienne est mise dans le domaine des médias et la communication face à de nouveaux défis. Ces défis tiennent des usages sociaux et politiques des médias, produits dans des dimensions toujours plus fournies et diversifiées. Leurs entreprises de production et de diffusion relèvent de capacités endogènes, publiques et privées, et exogènes dont la profusion a été boostée par l’avènement d’Internet, matrice de médias-monde irriguant la planète.

La société algérienne, au carrefour de la Méditerranée, n’y échappe pas, depuis notamment la fin de la décennie 1980 avec la démultiplication de la diffusion satellitaire des programmes télévisuels et radiophoniques. En trois décennies elle est passée à un « second âge » de la réception des médias-monde, en particulier arabophones et francophones mais aussi turcophones, etc.

L’accélération des flux de production médiatique via les médias-monde, du ressort de firmes transnationales, bouleverse fondamentalement les données de la situation : ouvertures des sociétés aux autres nations, mais aussi « échanges », de fait trop inégaux, entre les pays du Nord (et émergents) et ceux du Sud.

De plus, le renforcement de l’extraversion induit des incidences sur les standards et modèles mis en œuvre dans la production dite nationale : le mimétisme aux recettes des grosses firmes de production d’images est mis en branle afin de capter les auditoires séduits trop vite par les médias étrangers. Les nouvelles télés de droit privé algériennes balancées de satellites étrangers et ciblant la société algérienne depuis deux années nous proposent déjà à examiner un corpus d’étude symptomatique de ce que la « communication sociale » et la « communication politique » libérées du monopole de l’Etat proposent en alternative. Quid alors des radios privées à venir ?

Dans le même temps les usages des langues nationales se retrouvent en situation de profonde mutation. C’est ici l’épicentre de questionnements et de sondes nouvelles que nous souhaitons proposer à affinage de questionnements des participants à la rencontre des 7 et 8 juin 2014. Tamazight, promue langue nationale, en est au cœur de cette cible. Langues et langages : leurs interpénétrations dans le domaine des médias fondent – à travers le monde – de nouvelles logiques de fond. Spécifiques dans leurs formes, elles tendent à la création de nouveaux langages marquant les sociétés, chacune à sa façon.

Ces mutations constituent de nouveaux défis qu’il nous importe de mieux connaître. Le Haut Commissariat à l’Amazighité, institution publique essentielle chargée du développement du patrimoine amazigh, dont la langue, trouvera en réponse au présent appel à communication – c’est notre préoccupation principale du présent chantier -, de nouvelles connaissances et de nouveaux éclairages sur les réalités en cours, afin que l’état de veille puisse inspirer des décisions et actions pertinentes de possibilités d’influer positivement sur les changements en cours. Les axes structurant le projet du colloque projeté sont volontairement dans le même temps définis et ouverts. Une raison essentielle nous y invite : les problèmes à constituer en objets d’étude (à mettre en problématique justement) sont d’une diversité extrême et tous participent de la logique de fond déterminant les mutations de notre domaine de recherche. Les plus significatifs d’entre eux nous intéressent, et en faisons le « menu » principal du colloque.

Les propositions issues du présent appel à communication seront toutes rigoureusement examinées dans cet angle de réception : quelles nouvelles connaissances théoriques et pratiques en sortira-t-il de chacune, tant pour les travaux et discussions du colloque que pour l’ouvrage collectif publication de ses actes, à paraître à l’automne 2014 ? Au-delà, les manières de voir les réalités ressortent bien entendu de la seule responsabilité des contributeurs.

Dès lors, le présent appel à communication en vue de la tenue du colloque « Médias, communication, langues et langages en Algérie : où en est tamazight ? » peut-être structuré en six axes de propositions d’entrées. Chacune d’elles est ouverte à proposition novatrice d’entendement, en particulier quand son fondement est, par exemple, sous-tendu par un travail stimulant et avancé de recherche de Doctorat en cours dans le domaine, en Algérie ou à l’étranger.

1- Mise en situation historique, législative et réglementaire, institutionnelle des questions d’usages de tamazight dans les médias algériens ;
2- Mise en situation globale des questions de langues, langages et communication en Algérie et dans les pays voisins ;
3- Les entreprises médiatiques amazighophones : connaissances des réalités nationales et étrangères ;
4- Activités de professionnels amazighophones des médias : expériences nationales et étrangères ;
5- Questions sur les contenus de la production des médias amazighophones algériens : langues et langages en cours. Quelle évolution ?
6- Avènement et usages élargis des nouveaux médias : quels défis en matière d’usages de la langue amazighe ?

Envoi de la présentation Power Point :
Chaque proposition de communication doit être accompagnée d’un court CV (01 page) du principal intervenant. L’auteur mettra en évidence son expérience et/ou ses travaux dans le domaine

Télécharger le document Word [DOCX, 90 ko]

Remplissez le formulaire et faire parvenir :
1. aux e-mails :
sg@hca-dz.org / medias@hca-dz.org / rehabilitation@hca-dz.org
2. à la boite postale :
400, El-Mouradia, Alger
Ou déposer au siège du HCA :
19, Avenue Mustapha El-Ouali (ex-Debussy), Alger.
Pour plus de renseignement appeler ou faxez à :
Tél. (standard) : 021 64 29 10/11
Tél./Fax: 021 63 59 11
Ou consulter notre site Web :
http://www.hca-dz.org