Appel à communication : « les médias, la langue officielle et langues maternelles en Algérie entre prééminence et résistance. Cas du Tamazight »

Dans le cadre de l’exécution de son programme d’action 2011, le Haut Commissariat à l’Amazighité organise un colloque les 30 et 31 mai 2011 à Boumerdès sous le thème : les médias, la langue officielle et langues maternelles en Algérie entre prééminence et résistance. Cas du Tamazight.
Abstract
Le Haut Commissariat à l’Amazighité a pu identifier et étudier toutes les questions liées à l’introduction et au développement de Tamazight dans les champs médiatiques, culturels et de l’enseignement. Ainsi par les voix d’experts, des recommandations touchant à tous les domaines des missions qui lui sont imparties s’accumulent chez ses partenaires officiels qui, eux seuls détiennent le pouvoir de décision.

Le thème que nous proposons ici aura pour but de rappeler que face à la suprématie de la seule langue officielle (l’arabe formel), les langues natives, particulièrement le tamazight, dans toutes ses variantes, ont très peu accès aux programmes de télédiffusion et radiodiffusion publics, encore moins à la presse écrite. En marge, elles résistent.

Pourtant  cela relève tout simplement de droit à partir de la promulgation de l’article 3 bis de la constitution consacrant Tamazight « aussi » langue nationale. Toutes les personnes, même quand elles sont d’une minorité nationale, ont le droit de préserver et de développer leur identité et leur culture dans et par les médias de radiodiffusion et de télédiffusion publics dans des conditions d’égalité et sans discrimination. Elles ont aussi le droit de jouir de la liberté d’expression et d’être informées dans leur langue maternelle.  Il est vrai que les pouvoirs publics ont fini par concéder de créer une chaîne de télévision d’expression amazighe. Mais ceci est-il suffisant ? Et qu’en est-il de la situation aujourd’hui en Algérie ?

Le colloque sera axé sur les questionnements suivants :

– A quel point le média peut-il se rendre responsable de la déculturation de ces populations ?
– Quelle rapport et quelle importance y’a-t-il entre la transmission dans les langues maternelles, leur enseignement, et la création audiovisuelle?

La TV4 :
– Le téléspectateur ciblé est-il satisfait des programmes émis par ce canal ?
– Se reconnait-il dans la langue véhiculaire des messages qui lui sont transmis ?
– L’image offerte des cultures des populations amazighes n’est-elle pas souvent folkloriste, caricaturale et passéiste ?
Les participants intéressés sont priés d’adresser le résumé de leur intervention au Haut Commissariat à l’Amazighité  avant le 10 mai 2001.

Adresse : 19, rue Mustapha El Ouali (ex rue Debussy), Alger.
Tél. : 021.63.59.07/09 – Fax : 021.63.59.06
E-mails : massyl68@hotmail.com; mbensadok@hotmail.com